Heureusement que la prochaine présidentielle va -enfin- mettre un terme aux agissements d'un ramassis de dindons. Cette fois-ci, vous, ami(e)s (ou presque) de gôche (ou presque) ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas que les verts n'étaient (au choix, n'hésitez pas à retenir plusieurs propositions) que:
  • des arrivistes politiques (sans avenir ailleurs que dans un parti créé pour eux)
  • des imbéciles (même pas toujours heureux)
  • des menteurs accablants d'hypocrisie crasse
  • de dangereux "idéalistes" (qui se met à chanter "con comme Contassot..." ?! Bravo, c'est exactement aux élus parisiens que je songeais!)
Est-il utile de préciser que leur prochaine gamelle présidentielle ne peut que me réjouir?

Je suppose que vous l'aviez deviné, malins que vous êtes! Et que Mr Hollande (ou son successeur à la tête du PS) ne s'aventure pas une fois de plus à leur signer un chèque pour effacer une nouvelle & douloureuse ardoise électorale. Les verts ne méritent pas de faire plus de 1 pour cent (oui, j'ai bien dit 1%). Que cette ignoble formation disparaisse et que ses "têtes pensantes" retournent d'où elles sont venues: des partis démocrates de droite comme de gauche, où elles auront le devoir de faire progresser les considérations écologiques, si c'est bien là le but de leur action politique.

Encore que, quand je considère certaines déclarations (oui, messieurs Contassot & Baupin, vous pouvez vous sentir visés), je me demande sérieusement si la parenté politique de quelques idiots notoires est à chercher dans la gamme des formations démocrates...

M'enfin, cette aberration va disparaitre par la grâce des bulletins de vote, tant pis pour Ségolène si (et c'est à craindre) les anciens électeurs verts ne rentrent pas à la maison socialo. Au moins la Voynet va ramasser (à supposer qu'elle maintienne la candidature verte jusqu'au vote) ce que son mouvement mérite: des miettes. En espérant que cette nouvelle distribution des cartes conduise soit: à la disparition du parti, l'exclusion de ses membres les plus indignes (dehors les élus parisiens aux déclamations aussi stupides qu'irréalistes, le maire de Bègles, et j'en passe...).

Il est évident à la lecture de ce qui précède que je préfère la disparition pure et simple du parti, et le retour à leurs officines d'origine respectives de ses dirigeants, cependant, sans me départir pas de ma bienveillante neutralité usuelle (!), je n'ai rien contre une bonne lessive; histoire de voir si ce parti peut réussir à être -sans les individus nuisibles- une force politique digne de nos votes; ou si c'est l'écologie qui n'a pas de crédibilité politique intrinsèque.
Et qu'alors dans ce cas, comme je le propose plus avant, que les personnes dont l'écologie est une préoccupation sincère s'agitent au sein des partis dont elles se sentent le plus proches (le moins loin?).