Le "complexé centimétrique" fait donc 31%, et c'est pénible à avaler.
Etant plutôt triste, je ne comprends pas pourquoi les gens "de gauche" ont l'air contents. Contents de quoi? Pas que la "Royale Candidate" soit au second tour quand même? Alors que même une grosse endive (oui, je pense à vous Jack, Julien, Dominique & tant d'autres...), pour peu qu'elle soit étiquetée PS, était pour ainsi dire assurée de finir à l'une des deux premières places, à l'issue du premier tour! Faut-il donc que les "têtes" du Parti Socialiste soient à ce point déconnectées de la "conscience de gauche"? Depuis quand ces "têtes" n'ont elles pas discuté avec leur électorat; jusqu'à ne pas comprendre à quel point ces braves gens furent traumatisés par le joli coup de billard à deux bandes réussi par Mr Chirac? Non, vraiment, il y avait autant de risques de voir Mr Le Pen gagner en 2002 que de ne pas avoir le PS au second tour en 2007! Pourtant, que d'yeux ronds et incrédules ai-je essuyés en l'affirmant ces derniers mois!
Rassurant de constater que l'aveuglement & l'hystérie sont de bien mauvais conseillers.
J'espère que tu te trouves un peu couillon, camarade Hollande, après ta bien hâtive sortie anti-Bayrou (dans "le Parisien") de la fin de semaine dernière, car tu as -largement- de quoi! Ce n'est que justice, car chez nombre d'entre nous, l'opération "tu dois voter Chirac pour sauver la République" ne fut pas sans inspirer la gène, sinon la consternation.
Marrant, chez moi ce genre d'injonctions me fait sourire, ou ch... (selon le niveau de bêtise sous-jacente)!

Je me demandais, au fait, avant cette -relativement- brève mise au point, quels pouvaient être les motifs de satisfaction pour les petits gars dans mon genre...
Le score de Mr Le Pen? Non, je ne vois pas en quoi le retour au bercail des "égarés UMP volontaires" de 2002 constitue une bonne nouvelle... Nous verrons après les élections législatives ce que devient le FN.

En ne faisant pas trop la fine bouche, je dois admettre que quelques constats m'ont procurés de fugaces plaisirs. Les scores des huit candidats les plus mal classés après dépouillement sont encore plus bas que ceux sur lesquels j'avais pariés. Comme annoncé plus avant, le "vote utile" aura imposé sa loi, à gauche comme à droite. J'insiste sur ce point, et en démontre la pertinence en renvoyant aux scores de Le Pen, de l'agité du bocage, & de Nihous. La base "dure" de l'ex-RPR s'est donc rangée comme un seul nain (pour ne pas davantage complexer celui-ci?) derrière le "talonneux truqueur de photo"!

Ce qui me surprend encore, à l'instant où je rédige ("à chaud", comme on dit dans la presse, coco!) ces lignes, c'est que Bayrou n'ai pas davantage attiré à lui ceux qui se réclament toujours du Gaullisme, ceux que les génuflexions du "nabot nerveux" devant celui que l'on peut considérer comme le pire Président 'ricain (Bush Jr, dont le règne dépasse en ignominie celui de ses prédécesseurs, y compris Nixon) ne peuvent que dégouter, consterner... Et si petitement contraster avec la posture du grand Charles, renvoyant l'un des meilleurs élus Américains à ses chantiers états-uniens.

Comment, et pourquoi, sont-ils passés, nos derniers "Gaullistes", des propositions d'actionnariat salarié (prônées par le Général); à ce "libéralisme décomplexé" avec lequel "l'atlantiste vaseliné" nous meurtri les oreilles?
Il faudra bien qu'ils en rendent compte, sauf à désirer vérifier -à leurs dépends- l'axiome de mon titre! D'accord, Malraux moi aussi je le trouve pompeux, & donc très surfait; mais comparé à un clampin de l'acabit d'Hortefeux... Malraux c'est un Mozart renvoyé... Et pire, remplacé par un tocard "labellisé" par une débilité du genre "Star Ac" !
Non, décidément, tout ceci est un peu juste pour m'aider à retrouver un peu de bonne humeur...

Essayons autre chose:

  • le score des verts. Oui, force m'est de reconnaitre que le sort de ces tartufes me comble!
    Leur score est très proche de mes espoirs (même pire que mon pari...)! Que ces arrivistes, ex-"vrais nouveaux riches électoraux", au temps de la "gôche plurielle", s'éparpillent au gré de leurs accointances & plans de carrières. Qu'ils retournent dans des partis politiques et y gravissent les marches qui conduisent aux places dorées; au mérite, et non à la prime du plus con, du plus tapageur, du plus racoleur... Comme ce fut de toute évidence le cas chez les verts (oui, c'est bien à toi que je pense Denis. Oui Yves, je chante "con comme Contassot"! oui Noel, tu iras faire du vélo/métro/berline ailleurs).
  • Autre réjouissance, le retour à sa terre du sieur Bové.
  • Bye-bye Arlette, merci de ne pas avoir (re)fait d'amalgame fâcheux avant de te retirer du champ de bataille.
  • Boujour Olivier, j'ai toujours du mal à me faire une opinion sur toi: probable successeur du PC, ou simple génie markéting?
  • Schivardi ne refait même pas le score de Gluckstein, comme quoi il ne servait à rien de vouloir la jouer "terroir" pour les nano-trotskistes!
  • Idem pour ChassePêcheNature&Tradition, qui s'avançait sous un nouveau masque.
  • L'agité du bocage est laminé, puisse cela suffire à lui apprendre une bonne fois pour toutes, qu'à vouloir péter plus haut que son cul...
Ce sont finalement assez peu de chose, une somme de petites satisfactions qui ne contre balance pas assez la déception de savoir Joe Dalton à plus de 30%.

La "Royale candidate" est-elle la "idéal candidate" (in english) pour battre Sarko?
Analysons la chose d'un point de vue dialectique: elle est l'antithèse la plus visiblement aboutie du "complexé centimétrique", et j'ai bon espoir que c'est précisément pour cela que le PS l'a "choisie".
  1. Ainsi, autant le nabot est nerveux, autant la miss est placide. Pour ce qui concerne la distance qui sépare les yeux du sol (et qui, je le répète pour les cancres, fit de l'homo-erectus (totalement sans rapport avec un "PD qui bande"!) un mammifère capable de scruter autre chose que ses pieds); on ne peut que constater qu'il est sous la moyenne, alors qu'elle parait dans une "bonne moyenne féminine".
  2. Autant on le sait truqueur de photo, car complexé par la nature (à laquelle, je vous rappelle qu'il attribue des traits aussi marquants -et de la sorte indéfectibles- que la pédophilie et la tendance suicidaire), autant elle n'a pas particulièrement évité l'objectif (le terme est magnifiquement approprié, non ?!?) des photographes, démontrant l'aise que lui procure sa propre nature... Où est la "décomplexion", dans le bikini ou la talonnette?
  3. Il est divorcé, remarié (& cocu); elle n'est pas mariée, et ses rejetons portent le nom de son conjoint (comme dirait Montebourg).
  4. Il parle trop vite, elle pas assez (encore que je note une nette amélioration ce lundi 23.04.07 au soir!)
  5. Il confond virilité et brusquerie, elle se propose maternelle et stricte.
  6. Il veut inspirer la peur, elle prétend inspirer le désir (d'avenir! Qui a dit d'avenir? Thomas H, dehors!)...
Cette liste n'est bien sur pas exhaustive, je vous invite gentiment à la compléter vous même... Allez, je vous aide un peu:
  • Fils, ou petit fils(?), d'immigrés son "struggle for life" est de rejoindre -au moins- la grande bourgeoisie. Fille (& sœur) de "serviteurs de la patrie" (enfin, pour autant que les militaires le soient systématiquement!) , son parcours laisse deviner une lutte contre ses origines, est-ce sans en renier les rigoureux principes (quitte à heurter sa nouvelle famille politique) ? Question Sans Réponse, à ce jour.

A priori, je te ne t'aime guère, camarade Royal, pourtant je suis obligé de reconnaitre que ces attaques par anticipation sur ton évidente (grandement supposée?) incompétence m'emmerde à la longue.
Ceux qui n'ont rien dit, rien fait pour empêcher des gugusses comme Tapie ou Carignon, Baupin ou Waechter (et trop d'autres dont le nom a été effacé par mon cerveau, soucieux de ne pas trop se charger d'inutiles & nuisibles souvenirs) d'accéder aux fonctions qui furent (sont encore) les leurs; celles & ceux-là ne devraient se soucier que d'une chose: fermer leur g... et faire profil bas.
Bien obligé de constater que le charme de la "Royale Candidate" opère (même sur les électeurs mâles de Sarko), et il probable que ce charme opère d'autant mieux que le registre imposé par Sarko est la dé-privation totale dans ce domaine (sauf à considérer quelques hypothétiques amateurs SM)

Quand à toi, cher petit Nicolas, je ne peux sincèrement pas t'aimer. Je ne t'aime pas au point de souhaiter te voir disparaitre, oh non!, je ne suis comme ça qu'envers de très rares importuns! Qui-plus-outre, il me suffit de lever un peu les yeux pour ne plus t'apercevoir... Reste à ne plus t'entendre, les inepties avec lesquelles tu nous saoules finissent par irriter... même un gentil garçon tel que moi.
Par exemple, aujourd'hui lundi 23 avril 2007, l'envie m'a démangée de te tirer les oreilles. Ne peux-tu donc cesser de froisser notre matière grise avec ces formules à moitié stupides, à moitié honnêtes? A qui s'adresse ce "respecter le travail"?
  1. Voici en quoi ce gimmick markéting est à moitié (au moins) con: le respect ne se décrète pas, il se mérite.
  2. Voici en quoi cette formule pas magique est à moitié (au mieux) honnête: comment ignorer la contre-partie historique de tout travail (le salaire)? Et donc, comment estimer le respect que l'employeur reconnait à ce travail, quand sa façon de le rémunérer tend à la baisse?
  3. Les antinomies font peut-être s'extasier -sur le moment- les demis portions (1/2 mondain, 1/2 fils de pub) nageant dans le markéting; elles vieillissent très mal & sont une caractéristique des (mal-)faisants.
Vous (qui ne proposez pas de rémunération motivante) apprendrez (ou ré-apprendrez) qu'il vaut mieux lâcher du lest si on veut garder la main... Ainsi que le concept, maintes fois vérifié historiquement, de "lutte des classes" nous l'enseigne. Bon vent, petit homme.

Je ne m'excuserai auprès de personne, quand bien même mon propos en aurait peiné beaucoup... L'explication d'un tel choix est simpliste (tout comme la théorie sur laquelle elle se base): on ne fait guère qu'avec le patrimoine que Dame Nature nous a intrinsèquement (génétiquement) accordé, ...ou pas? :-/

PS: Besson... si je te croise, je te tonds! [air musical de la pub Leerdamer]
Ainsi, Judas au service d'un autre, tu partageras avec lui le poids de l'infamie.