Quelle poilade, ce dimanche 20 juin 2010!
Les joueurs se payent la tête de l'ensemble des dirigeants du football français: génial! Chapeau bas, quel fabuleux moment pour laisser sauter la soupape... Ne nous y trompons pas, nous sommes encore loin du bouquet final de ce feu d'artifice. J'ai hâte de savoir ce qui s'est vraiment passé à la mi-temps du match contre le Mexique car -de toute évidence- c'est à ce moment que la secousse s'est produite. Que s'est-il donc dit dans le vestiaire des bleus? Raymond a-t'il trouvé un agencement de mots dont le pouvoir explosif dépasse celui de la TNT?!?

Il semble que la curée médiatique soit en route, et que l'équipe (enfin, disons le groupe de ceux présents au départ en Afrique du sud) focalise la totalité des critiques. Un tel culot me laisse pantois, nous sommes en Allemagne, la veille de la chute du mur! Toutes les voix ayant accès à de complaisants micros nous chantent la même chanson; oubliant à quelle point celles-ci se coupent (par déni) de toute réalité!

Je m'arrête là ce soir, étant aux bords de l'overdose! (déclarations stupides, comportement de meute, fausses pistes...)


Lundi 21 Juin, 10h30
Évidemment, il est impossible que se soient les joueurs qui aient rédigé le "communiqué" de presse lu par Domenech, le niveau de langage respire la transcription "service légal" de propos aussi "bien" tournés que ceux auxquels ces mêmes joueurs nous ont habitués lors de leurs conférences diverses d'après-matches. Donc, il est clair qu'au moins un des joueurs a eu son avocat au téléphone, lequel s'est chargé de "traduire" les idées de nos sportifs, en usant des formules compassées, uniquement là pour ne pas trop s'attirer d'ennuis! Néanmoins -et surtout parce que le moment parait le plus mal choisi!-, il n'en transpire pas moins qu'un truc pal banal s'est passé à la mi-temps de Mexique-France (0-0, à ce moment là)...

Je suis prêt à parier que c'est à ce moment que la déflagration a eu lieu; et que tout ce que le public (l'onde de choc s'étant propagée devant les médias quelques heures plus tard, peut-être pas de façon aussi préméditée que certains l'affirment) a jusqu'à maintenant vu n'est que la partie la moins "sale" de cette histoire belge (deux camps à l'orée de la séparation) version "référentiel bondissant (non-aléatoire)" français!

Qu'importe que l'unité des joueurs ne soit qu'une façade, qu'une majorité d'entre eux ne soit que des moutons de Panurge, suivant le berger qui leur parait le moins con (avec donc une "chance" d'en sortir moins amochés que ce qu'ils redoutent), ou le plus méchant (pour éviter de se faire amocher, physiquement plus que moralement cette fois?)...

L'inédit de la situation est en lui-même un éclairage... Ce n'est pas une erreur d'avoir posté deux fois la vidéo de ce fameux "communiqué des joueurs de l'équipe de France", ré-écoutez le, ça vaut le coup de bien saisir les termes employés.

Dans le registre de la "communication non-verbale", voici la vidéo d'Escalettes (qui n'a vraiment rien d'un piment proche phonétiquement!) prétendant raconter ce qui s'est passé à la mi-temps de Mexique-France. Ce n'est, bien sur, pas de la communication non-verbale du futur ex-président de la FFF qui m'intrigue! En fait, il est soit: totalement PAS au parfum de ce qui s'est passé, et n'a du coup pas le moindre affect. Soit parfaitement au courant que la version qu'il donne n'est qu'un énorme bobard, et contrôle à merveille (et longueur de séance "média-training"?) son intonation (anodine) & gestes (pour ainsi dire aucun).


Non, laissons ce monsieur siéger encore quelques heures sur son trône, avant que la chasse ne l'emporte en même temps que le caca du chat, trop longtemps caché sous le tapis!

Observez le comportement, la gestuelle de Patrice Evra, qui lui sait parfaitement ce qui s'est passé, vu qu'il est quand même joueur (et capitaine, depuis que Henri fait ce qu'on a pas les couilles de lui imposer plus tôt: cirer le banc), et qu'il était sur la pelouse (on peut donc supposé dans les vestiaires, sauf à être aller pisser pile-poil à ce moment, au moment où ça a vraiment pété)... C'est édifiant, non? Voila un mec pas rompu aux moments de crises "publiques", qui a donc un mal fou à dissimuler son désaccord avec ce qui est dit. Peu importe la raison de son désaccord, s'il y a quoi que se soit de "vrai" dans cette vidéo, c'est Evra qui l'exprime, sans même parler!

Que dire ensuite de sa déclaration (car, plus tard, il s'exprime)? A mots à peine couverts, il réfute quasi intégralement ce que le faux piment a affirmé! Quoi qu'il ai pu se passer dans ce vestiaire, durant cette mi-temps; Evra a toute les peines du monde à montrer son accord avec ce qu'il faut appeler par son nom (qui sonne tellement ex-URSS au bord de l'implosion, ce n'était pas non-plus un hasard ma référence initiale au "mur de Berlin", voyez-vous!): la "version officielle".

Je ne suis pas le secret de quelques dieux (d'ailleurs, aucun ne veille sur moi! Croire en l'homme est déjà risqué; alors croire en "Dieu"!), pourtant je suis disposé à parier une belle série de coup de pieds au cul que l'implosion du système de la Fédération Française de Football est en premier lieu le résultat de la collision entre deux "ennemis jurés", oubliés depuis la chute de ce fameux mur, par deux fois évoqué ici.
J'hésite entre le plaisir de vous savoir agacés de ne pas vous souvenir du nom de ces deux antagonistes, revenus d'un passé pas si lointain; pourtant si vite qualifié d'archaïque!
Je sais que vous sentez, plus ou moins confusément, de qui je parle. Vous avez leur nom sur le bout de la langue... Encore quelques secondes, vous allez trouver, sans vous énerver: c'est contre-productif dans ses cas!
Les deux sbires, héros de la guerre froide (en fait, de toutes les guerres)... Tellement inextricablement liés qu'on se demande s'ils n'œuvrent pas de concert! Ce sont bien sur nos redoutables amis "version officielle" & "faits réels"!

Il est des situations où leur entente semble impossible: c'est le cas ici, comme ailleurs, il y a peu. Ne vous laissez pas berner par le rabâchage médiatique, l'explosion de la bulle financière n'était pas autre chose. A un stade d'accumulation (largement prévisible, qui-plus-outre!), la "version officielle" ne peut plus recouvrir du voile de ses mensongères illusions ce que sont les "faits réels"...

Et tombent les agences de notations & experts appointés; tombent les bilans truqués de ces comptes 'sincèrement' certifiés...

C'est précisément la situation actuelle, dans de nombreux domaines.

Si seulement Zemmour avait poussé sa "logique" ethnique concernant les hors-la-loi modernes, pas seulement les dealers, "majoritairement Noirs & Arabes"... S'il avait eu l'honnêteté de parler de celle (origine "ethnique", religieuse) des Madoff & autres aigrefins pas moins malhonnêtes que ce bon Bernard. Suis-je vraiment bête! S'il l'avait fait, il ne se nommerait pas Eric Zemmour, mais Alain Soral, ou un truc dans ce genre...